dimanche 27 février 2011

Moi sauvage

Isabelle Rossignol

http://img.over-blog.com/300x461/0/36/27/98/photos-4/Moi-sauvage.jpgLéa préférerait devenir King Kong plutôt que de ressembler à un seul des filles et fils à papa de son nouveau lycée.Un lycée royalement privé, avec parc et château, pour lequel son père, bagagiste, et sa mère, coiffeuse, vont royalement se ruiner afin de lui payer de bonnes études.Mais quand Vincent, avec ses mille euros de fringues qui pourraient nourrir un village africain, s’intéresse à elle, la petite banlieusarde dans son sweat à capuche, elle craque. Au point de se sentir coupée en deux. D’un côté, il y a l’ancienne Léa qui déteste les Bourges ; de l’autre, il y a la nouvelle Léa, raide dingue d’un friqué à fossettes qui la rend heureuse. Et son regard change. Pour la première fois de sa vie, elle voit son père qui vient la chercher à la gare, avec ses cernes, son ventre trop gros, sa casquette en velours qui fait paysan. Un sentiment de honte insupportable.Alors, elle décide de tout larguer et de partir seule, du côté de la mer. Là-bas, Léa va découvrir qu’elle est une fille coupée en deux depuis longtemps… 

Léa est une jeune lycéenne dont les résultats scolaires ne sont pas ceux que ses parents souhaitent pour elle, plus précisément, ceux que sa mère rêve de lui voir obtenir. C'est bien pourquoi elle vient de l'inscrire dans un nouveau lycée, privé, qui n'accueille que des riches. Un gros bouleversement pour Léa, fille d'un père bagagiste et d'une mère coiffeuse qui habite la banlieue parisienne et dont la meilleure amie est une musulmane. Le jour de la rentrée, elle était déjà de mauvaise humeur et quand Vincent, selon elle est habillé avec des vêtements à mille euros minimum, s'intéresse à elle et qu'elle-même commence à lui parler.
Elle a le sentiment d'être coupée en deux entre sa vie de banlieusarde habituée à détester les Bourges et son amour qui nait pour Vincent, s'aggrave encore lorsque son père vient l'attendre à la gare lors de son premier retour chez elle.

Pour tout oublier, elle décide de fuguer à Marseille, pour remettre ses idées en place.

A travers ce récit à la première personne Isabelle Rossignol décrit les tourments d'une jeune fille qui ne sait plus tellement qui elle est, submergée par des sentiments souvent contradictoires et des désirs inaccessibles, qui la conduisent à faire une fugue, une fugue qui est un appel au secours.
Une histoire douce qui dévoile une belle leçon de vie. J'ai énormément apprécié cette histoire par son sujet et aussi par cette adolescente.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire